Le yuan bientôt à Paris

Christian Noyer, le PDG de la Banque de France, a confié récemment sur le forum financier de la ville de Hong Kong, que « Paris ambitionne très activement de devenir, après Hong Kong et Londres, le prochain centre financier offshore pour la monnaie chinoise, le yuan ». Ainsi, la capitale française deviendra très rapidement un centre international où les transactions commerciales sont libellées en yuan.

Le yuan bientôt à ParisUne ambition bien opportune

La place financière de Paris dispose d’une réserve de plus de 10 milliards de yuans actuellement. Ainsi on peut dire que son aspiration de passer en tête des centres financiers offshores dans la zone euro, devant Londres n’est pas choses impossibles.

En effet, il n’y a pas que les grandes entreprises industrielles qui s’intéressent à l’internationalisation du yuan, mais également la place financière de Paris. De nombreuses banques chinoises existent et sont déjà très actives dans ce domaine à Paris. Et elles offrent des opportunités aux entreprises internationales. Très bientôt, les banques françaises suivront cet exemple.

Bien positionnée, la place financière de Paris pourrait bien devenir la force motrice de l’internationalisation du yuan en Europe, compte tenu de la qualité de ses acteurs bancaires, de ses systèmes de paiement, de compensation et de règlement-livraison. De son côté, la Chine compte étendre progressivement l’utilisation de sa monnaie au-delà de ses frontières. Et ce, dans le but d’être moins dépendante des fluctuations du billet vert.

Faciliter l’utilisation du yuan

Arnaud de Bresson, le délégué général de Paris Europlace a fait constater que certaines sociétés françaises, banques et entreprises, telles que Air Liquide, Alstom, Lafarge, Société Générale et Veolia ont déjà émis des « Din Sum Bonds », les obligations libellées en yuan à Hong Kong, alors que 6 américaines, 5 anglaises et 3 allemandes ont entrepris la même démarche. A ce stade, 10% des transactions commerciales franco-chinoises sont libellées en yuan, soit plus de la moyenne internationale. L’objectif de cette internationalisation est désormais de continuer à faciliter l’utilisation du yuan, lors des transactions commerciales pour les entreprises, dont les PME et les gestionnaires de fonds également.

Actuellement, la place financière de Paris « étudie les modalités d’une utilisation de la monnaie chinoise par les grandes entreprises et les banques chinoises ». Paris Europlace va s’efforcer d’accélérer les initiatives afin de faciliter et d’accélérer les opérations commerciales et les transactions financières en yuan initiées par les entreprises, et d’accroître les financements à l’export, ainsi que de développer des opportunités d’investissement en actifs libellés en yuan (via l’émission d’actions d’entreprises chinoises ou la réalisation d’emprunts en Chine par exemple), selon la déclaration d’Arnaud de Bresson.